Test du Google Pixel XL

L’année est 2016. Android tient enfin son concurrent à l’iPhone d’Apple, et il porte le nom de Google Pixel. Voyons tout cela.

Adieu Nexus, bonjour Pixel

Depuis des années, Google sortait en partenariat avec un grand fabriquant un Nexus, qui était souvent considéré comme le meilleur smartphone Android au niveau de l’expérience du Software. Mais un peu à la manière d’Apple qui contrôle tout de bout en bout, Google arrive dans la cour des grands avec un smartphone fabriqué et conçu par Google (bien qu’assemblé par HTC), du Software au Hardware. Le pari que fait Google sera selon moi gagnant, et cela leur permet de passer d’une entreprise qui propose son OS (Android) sur du matériel d’un autre fabricant, à une qui contrôle tout du début à la fin. Cela a très bien marché pour Apple, et je ne vois pas de raison à ce que cela ne marche pas pour Google.

On se retrouve donc à avoir aujourd’hui les tous premiers smartphones de Google, nommés Pixel et Pixel XL, respectivement dotés d’un écran de 5 et 5,5 pouces. Qu’on se le dise, lorsqu’ils ont été annoncés et que je me trouvais en pleine idylle avec le Galaxy Note7, je me suis dit « mmmmmeh, le software est cool mais le design, berk ! ». Et c’est presque toujours le cas quelques semaines plus tard. Le design est le vrai point faible de ce Pixel. Mais il a cet avantage pour lui que c’est presque le seul point faible.

Un design « sans plus »

Lorsqu’on le regarde en photo, sans l’avoir en main, on se dit vraiment que c’est quelque chose qui n’a pas été complètement travaillé, ou alors que c’est leur coup d’essai. Et je pense que d’ici 2-3 itérations du Pixel, on aura quelque chose qui sera aussi sexy à l’intérieur qu’à l’extérieur. Aujourd’hui, on se retrouve avec un design très banal, et franchement, on en vient limite à se poser des questions.

La face avant laisse une impression bizarre, où l’on se demande vraiment à quoi sert cet espace gâché sous l’écran. Sur un iPhone, il y a le bouton Home, sur les Galaxy, c’est pareil avec en plus les boutons retour et multitâche, mais sur le Pixel, rien. Les boutons sont directement sur l’écran, et je pense que Google aurait pu tirer profit de ça en mettant des boutons physiques sous l’écran. L’arrière du smartphone quant à lui présente une allure des plus curieuses. Le tiers haut est un panneau de verre, qui donne un look globalement très singulier au Pixel. Cela permet apparemment d’améliorer la réception des réseaux, soit. Comme à mon habitude je mettrais un skin Dbrand dessus dès que je les aurai reçus, et cela ne me dérangera plus jusqu’en Octobre 2017.

Un point positif que l’on ne s’imagine pas avant de l’utiliser au quotidien, c’est que sur le Pixel il n’y a pas de surépaisseur due à l’objectif de l’appareil photo, et il est donc posé parfaitement à plat sur une table, permettant ainsi de s’en servir sans qu’il bouge (contrairement à un iPhone depuis 3 ans). Pour éviter la surépaisseur, Google a choisi de faire que le haut du Pixel soit légèrement plus épais que le bas, tout en étant assez suptil pour ne pas s’en rendre compte lorsqu’on l’a en main. Le capteur d’empreinte se trouve au dos, comme ce fut le cas sur les derniers Nexus, et il fonctionne parfaitement bien tout en étant pratique. Encore une fois, venant d’un iPhone on peut s’imaginer que c’est anti-ergonomique, mais je vous assure que ce n’est pas le cas.

Pour terminer sur le design, on retrouve en haut du Pixel un port Jack, en bas un port USB-C avec de part et d’autre micro et haut-parleur, et enfin d’un côté les boutons Power et de volume, et de l’autre le tiroir sim. Lorsqu’il est posé sur une table avec l’écran vers le haut, le Pixel ne paye donc pas de mine. Mais ce qu’il y a à l’intérieur, comme nous allons le voir, est très très sexy.

Des specs et performances au rendez-vous

La feuille technique sous Android ne voulait jusqu’à présent pas dire grand chose, si ce n’est que c’est un OS qui demande de l’optimisation. Croyez-moi, avec le Pixel c’est fini. On retrouve à l’intérieur des 2 modèles un SnapDragon 821 cadencé à 2,15Ghz, 4Go de RAM LPDDR4, un écran AMOLED, un capteur photo de 12,3 MégaPixels à f/2.0 et une caméra frontale de 8 MégaPixels à f/2.4. Le Pixel embarque un écran 1080p et une batterie de 2 770 mAh, quant au Pixel XL il est équipé d’un écran 1440p et d’une batterie de 3 450 mAh.

Comme vous pouvez le voir, on est sur ce qu’il se fait de mieux en 2016, et ça se ressent. La meilleure manière pour moi d’expliquer les performances du Pixel est de faire un parralèle avec l’époque où tout allait bien sur iOS : « it just works ». Il n’y a jamais, absolument jamais, de ralentissements, de lag, de freeze d’application, etc. Ce Pixel est vraiment étonnant, et c’est selon moi son énorme point positif : il a des performances incroyables pour un Android.

J’étais très satisfait de mon expérience avec le Note7, mais c’était presque l’opposé du Pixel. Le design était inégalable, et le software était bien. Le Pixel offre une expérience utilisateur inégalable, et un design qui est moyen. C’est là qu’on voit le potentiel qu’à Google : en s’améliorant sur le design au fil des itérations, ils seront capable de proposer LE meilleur smartphone, celui qui a le meilleur design et la meilleure expérience utilisateur. Concrètement, un design de Note7 qui fonctionne avec Stock Android, complètement pur à l’intérieur et vraiment sublime de l’extérieur.

Nous n’en sommes pas là toutefois, mais ça viendra. Ceci dit, pour apprécier réellement le Pixel, comme l’a dit MKBHD, il faut l’avoir, et l’utiliser. J’étais,comme beaucoup, avant de l’avoir en main, dubitatif. Mais depuis maintenant 2 semaines que je l’utilise, je suis conquis.

Je pense que le fait qu’il me plaise autant est aussi dû à un raz-le-bol autour de l’iPhone et d’iOS, j’y reviendrai plus loin. Il n’y a pas de meilleur expérience utilisateur sous Android qu’avec le Pixel, et ça se ressent peu importe la tâche que vous effectuez. C’est malheureux à dire pour Android, mais j’ai l’impression que c’est vraiment la première fois qu’on arrive à un niveau de performances qui est excellent. Cela promet de belles choses pour la suite, j’en suis convaincu.

Un appareil photo excellent

Google affirme que le Pixel est doté « du meilleur appareil photo » de l’histoire des smartphones. Bien qu’il soit aujourd’hui très difficile de juger ça impartialement en comparant tout ce qu’il y a sur le marché, disons simplement que les photos qui viennent du Pixel sont excellentes, tout comme celles venant du dernier iPhone ou du Galaxy S7.

Le fait de disposer de Google Photos avec un stockage illimité des photos en qualité originale ajoute encore plus de valeur à mes yeux : vous n’avez pas à vous poser de question, toutes vos photos sont là, à votre disposition, et le seront encore sur votre prochain smartphone sans problème. On a vraiment l’impression d’avoir un système d’exploitation unifié, qui fonctionne un peu comme iOS sur les iPhone où tout est fait pour fonctionner ensemble.

Le mode « Focus » du Pixel est là pour répondre au mode portrait de l’iPhone 7 Plus, mais en utilisant un autre procédé pour créer la photo. Le Pixel vous invitera à prendre deux photos distinctes et crééra l’impression de profondeur de champ a posteriori. Le résultat est dans tous les cas similaire, et on se prend assez souvent au jeu de prendre une photo avec ce mode là pour un résultat plus agréable à l’oeil, comme vous pouvez le voir avec la photo du chat gris.

Le Pixel filme en 4K à 30 images par seconde, et il n’y a pas de stabilisation optique. À la place, c’est une stabilisation logicielle, qui est ceci dit très efficace, comme le montre (encore une fois) MKBHD ci-dessus. Globalement, vous ne pourrez pas être déçu de la caméra du Pixel, c’est certain. Pour voir les images ci-dessus en qualité originale, c’est ici.

Android 7.1 Nougat, un régal

Comme dit plus haut à maintes reprises, tout est dans le software pour le Pixel. Il est livré avec Android 7.1 Nougat d’office, et Google a d’ores et déjà assuré un support pour les 2 prochaines années en terme de mise à jour. Ceux venant d’iOS rigoleront, mais ceux qui ont un smartphone Android de 2015 et qui ne verra sans doute jamais Nougat et encore moins la suite, comprendront que c’est un pas vers la bonne direction.

Quoi qu’il en soit, on retrouve sur le Pixel un Android pur, bien entendu, et qui est vraiment très cohérent du début à la fin, fluide et agréable à utiliser. Je me suis rendu compte depuis mon switch sous Android à quel point iOS 10 était mal pensé sur certaines choses. Les Notifications notamment, sont enrichies et offrent une granularité sous Android qu’on ne retrouve pas sous iOS.

notifications-pixel-xl

Lorsque vous recevez 15 notifications de la même application sur iOS 10, elles prennent 15 fois la place d’une notification. Sur Android Nougat, c’est bien mieux pensé, comme vous pouvez le constater. Les notifications sont empilées, et je peux intéragir avec une par une si je le souhaite, en glissant vers le bas chaque groupe de notification. Autant vous dire qu’à chaque fois que je regarde le centre de notifications de l’iPhone, je me dis « ce n’est pas possible que ce soit si mal fait ». Il y a eu 3 mois de bêta iOS 10 où tout le monde (ou presque) s’accordait à dire que le système de notifications était vraiment mauvais, mais c’est tout de même sorti comme ça pour le grand public.

batterie-pixel-xl

Enfin l’autonomie du Pixel est vraiment exceptionnelle. Je l’avais lu partout avant de le recevoir, et comme toujours je n’y croyais pas. Et bien j’ai eu vraiment tort ! Je ne termine jamais une journée avec un iPhone, quel qu’il soit, et là je peux profiter du Pixel XL toute la journée sans me faire de soucis. Doze on the go est surpuissant, et garanti ainsi un stand-by time excellent. Je suis vraiment extrêmement satisfait de la batterie du Pixel XL. La charge rapide est également de la partie, est est diaboliquement efficace.

Prix, disponibilité

Vous l’aurez sans doute compris, pour moi (et pas mal de reviewers également) le Pixel, c’est un grand oui. Mais avoir un appareil qui convainc presque tout le monde signifie aussi que le prix sera sans doute élevé. Pour le moment, il n’est pas proposé à la vente en France, mais si on se base sur les prix allemands, le Pixel 32 Go coûtera 759€, et 869€ en version 128 Go. Le Pixel XL quant à lui coûte 899€ en version 32 Go, et 1009€ en version 128 Go. C’est vraiment l’iPhone de Google, que ce soit en terme de design, de fluidité ou encore de prix.

J’espère pour ceux qui l’attendent encore en France qu’il sortira en 2016, mais rien n’est moins sûr. Pour le moment, les personnes comme moi qui ont réussi à en avoir un et qui sont francophones, ne peuvent pas bénéficier du Google Assistant, l’un des points mis en avant par Google concernant le Pixel. C’est certes dommage, mais je ne parle quasiment jamais à Siri que ce soit sur iOS ou Mac, et je ne m’imagine pas le faire sur le Pixel non plus. Pour éviter que vous me le demandiez dans les commentaires, je l’ai acheté sur le Google Store UK, grâce à Peter Fields – @fields_peter, merci à lui ! Il vous faut une adresse UK, un compte Google UK et une carte bancaire UK si vous voulez faire pareil.

Quoi qu’il en soit, j’espère que cet article présentation et test du Google Pixel XL vous aura plu, je reste à votre disposition dans les commentaires ou sur Twitter comme d’habitude pour en parler si vous le voulez. Merci à tous de m’avoir lu, et à très vite !