Alfred : le remplaçant de Spotlight

Comme je vous l’avais indiqué la semaine dernière, je vais vous parler d’Alfred plus en détail. Cette série d’articles sera en plusieurs volets, et voici le premier, qui constitue le point d’entrée pour tous ceux qui veulent commencer à utiliser Alfred.

Alfred, où comment booster votre productivité

Pour commencer cette série d’articles sur Alfred, je vais me concentrer sur les actions basiques qu’il est possible de faire, sans les Workflows sur lesquels je reviendrai plus en détail dans un futur article. Pour bien commencer, il vous faut naturellement télécharger Alfred, qui est disponible gratuitement ici.

what is on my springboard 1
Mes statistiques d’utilisation d’Alfred

Après avoir installé Alfred, vous accéderez aisément à ses préférences, de manière à vous familiariser avec ce qu’il est possible d’en faire. Sans le Powerpack (qui coûte 23€), vous pouvez déjà faire pas mal de choses, mais si vous comptez vraiment vous servir d’Alfred, n’hésitez pas à l’acheter. Ça fait partie des achats que je considère indispensables sur un Mac, et je suis certain que vous ne regretterez pas votre achat.

Alfred app

Si vous êtes habitués à utiliser Spotlight pour lancer vos applications ou rechercher un document, vous serez comblés par Alfred, qui est bien plus rapide. Lorsque j’ai commencé à m’en servir, c’est cette rapidité qui m’a tout de suite convaincu.

Alfred quicklook

En plus, lors de la recherche de documents, un appui sur ⇧ vous permet de faire un coup d’œil sur le document que vous choisissez. C’est super pratique, et j’adore cette fonctionnalité. Pour voir si le PDF que vous avez trouvé correspond bien à ce que vous cherchez sans même l’ouvrir, et ainsi gagner un temps conséquent, Alfred est encore parfait.

Alfred presse papiers

Dans les fonctionnalités dont on peut profiter sans les workflows, celle que j’utilise le plus au quotidien en plus de la recherche d’applications et de documents est l’historique du presse-papiers. Je ne sais pas ce que je ferai sans ça. Imaginez que vous ayez une série de 4 mots à copier d’un bureau virtuel à un autre, sans possibilité de les prendre tous d’un coup. Plutôt que de faire 4 aller-retour, je peux les copier un par un dans un bureau, puis passer à l’autre et les coller un à un grâce à l’historique.

Alfred 5

En plus de cela, il est possible de sauvegarder certaines choses dans le presse-papiers pour toujours, ce qui explique que je réponde rapidement à vos mentions sur Twitter avec des GIF par exemple. Cette fonctionnalité à elle seule justifie l’utilisation d’Alfred selon moi.

Voyons maintenant d’autres petites possibilités offertes par Alfred, et qui le rendent plus complet.

Historique de navigation, terminal et commandes système

La recherche sur le web est intégrée, ce qui est très pratique. Par exemple, saisissez « b0b aukey écouteurs » et validez, et vous serez directement redirigés sur une recherche via votre moteur de recherche par défaut sans autre complication.

Alfred 2

Vous pouvez ouvrir vos signets, ou sites fréquemment visités directement dans Alfred. Commencez à taper le nom d’un site web, et vous aurez alors les précédents sites web que vous avez déjà visités, ou bien qui se trouvent dans vos signets qui apparaîtront, et en validant ils s’ouvriront dans un nouvel onglet.

Alfred website

La calculatrice et le dictionnaire sont intégrés, vous permettant de rapidement trouver un mot ou calculer combien va vous coûter votre prochain iMac.

Il est également possible de redémarrer votre Mac, ou encore vider la corbeille, tout ça depuis Alfred. Les commandes système sont très utiles, avec ma préférée étant celle permettant de quitter toutes les applications, que j’ai appelé NoRage ?.

Alfred 4

Si vous avez des commandes à coller dans le Terminal, il est possible de passer par Alfred également. Je trouve ça plutôt utile, permettant d’avoir Safari en plein écran et de coller ce que je vois lorsque je suis un tutoriel directement dans Alfred sans perdre la vue de la page que je consulte.

Alfred 9

Enfin il y a également l’intégration de 1Password, ce qui vous permet de taper le nom du site auquel vous souhaitez vous connecter, et le signet 1Password apparaîtra. Validez et une page s’ouvre tout en rentrant vos informations. Le gain de temps est conséquent.

Alfred + powerpack indispensable

Pour apprécier et utiliser correctement Alfred, le Powerpack (payant) est indispensable. Il vous permettra non seulement de faire tout ce que je vous cite ci-dessus, mais il sera également possible d’utiliser et créer des Workflows, vous permettant de faire beaucoup plus de choses. Notez également qu’avec le Powerpack, vous avez la possibilité de synchroniser vos préférences entre plusieurs machines, ce qui est extrêmement pratique.

Workflow alfred

Je reviendrai vers vous prochainement pour vous parler des Workflows, de leur principe et de ceux que j’utilise. D’ici là, je vous invite à partager cet article, à télécharger et utiliser Alfred, et me poser toutes les questions que vous avez dans les commentaires.

Je vous remercie encore de votre fidélité, et vous donne rendez-vous très vite sur b0b.fr !